Les commandes fondamentales de Linux/Arborescence Linux

De Linux France
Aller à : navigation, rechercher

Voici l'arborescence d'un système Linux classique (note: cela fait l'objet d'une convention appelée FHS):

Répertoires vitaux

Ne pas en modifier le contenu (ou les détruire!) à la légère, sous peine de menacer la stabilité ou les principales fonctionnalités du système.

D'ordre technique

Seul l'administrateur système se souciera de ces répertoires et il n'y bricolera qu'à coup sûr, car certains bitouillages hasardeux crashent le noyau ou endommagent le (précieux) contenu d'un fichier.

/
le répertoire racine, souvent appelé root (« racine », en anglais), tous les autres en dépendent. Sous Linux on n'a donc pas, comme sous MS-DOS et Windows, des lettres désignant chacune un endroit où stocker des fichiers car chacun d'eux est monté dans un répertoire de l'arborescence.
/dev
fichiers dits spéciaux.
/etc
fichiers de configuration. On y trouve par exemple le fichier « /etc/[[passwd », qui définit certains éléments des comptes d'utilisateurs.
/run
(non cité dans le FHS mais quasi partout présent) similaire à /tmp , il est conçu pour réduire la charge imposée à la machine par les fichiers temporaires
/sbin
binaires du système réservés à root. On y trouve par exemple shutdown (qui permet d'arrêter le système).
/media
point de montage des supports de stockage qui ne sont pas à poste fixe, donc par exemple les disquettes, CD, DVD, « clés USB »...
/mnt
point de montage de tout ce qui ne va pas dans « /media ».
/usr/lib
bibliothèques nécessaires au fonctionnement des logiciels.
/boot
ce qui sert à amorcer le système, en particulier les noyaux utilisables.
/lib
bibliothèques. Parfois sous forme d'un répertoire /lib32 propre aux bibliothèques 32 bits et d'un autre /lib64

Moins importants

/proc
communique directement avec des variables et constantes du noyau.
/sys
similaire à /proc, plus récent et destiné à le remplacer

Plus proches de l'utilisateur

/home
contient les répertoires personnels des comptes d'utilisateurs. Mon ordinateur recèle par exemple un compte « adelcros » que j'utilise en permanence, tous mes fichiers personnels sont dans le répertoire « /home/adelcros ». Un autre utilisateur de ma machine se logue en tant que « gorka » et stocke ses fichiers dans le répertoire « /home/gorka ». Il n'est pas à proprement parler vital pour le système mais recèle souvent des données précieuses pour les utilisateur... bien entendu dûment fréquemment sauvegardées... Attention: sur la plupart des systèmes celui du compte root est « /root », et sur certains systèmes certains répertoires homes ne se trouvent pas dans /home .
/var/mail
courrier électronique reçu par la machine pour ses utilisateurs, qui attend d'être relevé par son destinataire (c'est une sorte de spool). Très précieux car difficile à recouvrer en cas de destruction intempestive. Attention: c'est l'emplacement par défaut, mais sur certains systèmes le courrier est stocké ailleurs
/bin
binaires dont Linux a besoin. On y retrouve par exemple nombre des commandes.
/tmp
accessible par tous les utilisateurs du système, il permet de ne pas encombrer les autres répertoires de fichiers de travail, que l'on souhaite de toute manière rapidement détruire ou modifier. Certains programmes ne fonctionnent pas sans lui.
/var
ce qui sert au système et varie (donc où il doit pouvoir écrire), en particulier /var/spool qui sert de spool.
/usr
ce qui concerne les exécutables utiles à tous les utilisateurs, par exemple le répertoire « /usr/bin ».

Moins critiques

/usr/local
on y met ce qu'on veut, mais surtout les fichiers qui ne sont pas habituellement livrés avec Linux ainsi que des créations personnelles utilisées par tous ceux qui emploient la machine (celles que je me réserve sont dans « ~/bin »).

Moins vital... mais gare!

/lost+found
;/lost+found:objets trouvés. Données sans domicile fixe, perdues à cause d'un gros bug, d'une avarie (disque fonctionnant mal) ou d'une avanie (extinction inopinée de l'ordinateur) qui laisse un peu de chaos dans l'organisation par ailleurs parfaite de ce qui est écrit, par exemple dans un fichier ou un répertoire. Le binaire fsck, périodiquement automatiquement lancé lors de l'amorçage, détecte les débris et les place dans ce répertoire.
/opt
logiciels optionnels, non intégrés à la distribution. Similaire à /usr/local, mais plus rare sous Linux et d'ordinaire réservé aux logiciels non opensource
/selinux
Security-Enhanced Linux
/root
home du compte root